Accueil > MEMORIES > Giorgio de Chirico

Giorgio de Chirico



Giorgio de Chirico

Le Musée de l'Orangerie nous entraîne dans l'univers métaphysique de Giorgio De Chirico (1888-1978), plus de 10 ans après la rétrospective organisée par le Musée d'art moderne de la Ville de Paris. Pour cette exposition visible du 1er avril au 13 juillet 2020, le focus est fait sur la période métaphysique du peintre italien, lui qui avait apporté le succès.
Cette période métaphysique, De Chirico l'a débuté tôt, à 21 ans, lors d'un voyage à Florence. Il explique à son ami Fritz Gartz : "Un nouvel air a inondé mon âme — j'ai entendu un nouveau chant — et le monde entier me semble maintenant totalement transformé — l'après-midi d'automne est arrivé — les ombres longues, l'air limpide, le ciel gai — en un mot Zarathoustra est arrivé, vous m'avez compris".



Giorgio De Chirico, Il Ritornante, hiver 1917-1918

Il faut dire que Giorgio de Chirigo, fréquente très tôt l'académie des Beaux-arts d'Athènes... Quand il quitte Athènes pour Munich à la mort de sa sœur et de son père, il y suit les cours du peintre Carl von Marr (1858-1936) et découvre les œuvres de Friedrich Nietzsche et Arthur Schopenhauer ainsi que les tableaux d'Arnold Böcklin, qui est pour lui « le peintre poétiquement le plus profond [et] a été aussi un immense réaliste».



Giorgio de Chirico, Cri d’amour, 1974.

Après son passage en Italie, le peintre arrive en France et expose au Salon d'Automne 1912. Cependant, il ne se fera remarquer que quelques mois plus tard, par Apollinaire. L'écrivain écrira : "L'art de ce jeune peintre est un art intérieur cérébral qui n'a point de rapport avec celui des peintres qui se sont révélés ces dernières années. Il ne procède ni de Matisse ni de Picasso, il ne vient pas des impressionnistes. Cette originalité est assez nouvelle pour qu'elle mérite d'être signalée."



"Ettore e Andromaca", 1950 de Giorgio DE CHIRICO

C'est ainsi que le peintre est accueilli et admiré par les surréalistes : Paul Guillaume (à qui appartient d'ailleurs la plupart des œuvres exposées au musée de l'Orangerie) fut alors le tout premier marchand de Giorgio de Chirico. L’onirisme dans l’œuvre de Giorgio de Chirico est utilisé dans le surréalisme naissant, de Magritte, Ernst à Picabia et Eluard. De retour en Italie en 1925, il se tournera de nouveau dans le réalisme, et perdra alors le succès...
Reste une belle œuvre à (re)découvrir à Paris en 2020.


Horaires
Du 1 avril 2020 au 13 juillet 2020

Lieu

Musée national de l'Orangerie
Jardin Tuileries
75001 Paris 1

Accès
M° Concorde

Tarifs
tarif -26 ans UE : Gratuit
tarif réduit : 6,5 €
tarif plein : 9 €

Plus d'information
Horaires : 9h-18h, fermé le mardi
0 article(s)