Accueil > MEMORIES > Peinture anglaise

Peinture anglaise



L’âge d’or de la peinture anglaise au Musée du Luxembourg

Le Musée du Luxembourg consacre une exposition à l'âge d’or de la peinture anglaise et aux débuts de la Royal Arts Academy. Gainsborough, Reynolds, Turner sont ainsi à redécouvrir dans un beau parcours, du 11 septembre 2019 au 16 février 2020.


Cette exposition, construite à partir des chefs-d’œuvre de la Tate Britain, met à l’honneur une période phare dans l’histoire de la peinture en Angleterre, allant des années 1760 jusqu’à 1820 environ. Elle entend dresser un panorama qui permette d’en saisir toute l’originalité et la diversité. Elle mène le visiteur de la fondation de la Royal Academy, avec des artistes comme Reynolds et Gainsborough, jusqu’au nouveau tournant qui s’amorce au début du XIXe siècle, notamment avec Turner. Le public y redécouvrira les grands classiques de l’art britannique, trop rarement présentés en France.

Au début de son règne, George III lance la fondation de la Royal Academy of Arts avec une seule mission : promouvoir les arts de Grande-Bretagne à travers l'éducation et les expositions. On est en 1768 !
Soutenus par le roi, les peintres britanniques s’épanouissent alors dans une diversité de styles. La famille, la nature, la vie quotidienne, la vie rurale et la présence de la Grande-Bretagne en Inde sont des thèmes récurrents qui vont plaire pendant cette période.


Et comme les peintres britanniques proposaient une diversité de styles, ce fut perçu dans le monde entier comme le signe d’un âge d’or artistique, une sorte de renaissance dans ce pays qui s'affranchissait des règles et des conventions?
A cette époque, les maîtres du portrait étaient Reynolds et Gainsborough. Même s'ils proposaient entre autres des portraits, ils avaient un style bien différent : Gainsborough était un peintre audacieux et spontané, tandis que Reynolds s'appliquait à respecter les codes classiques dans des peintures historiques.
Et évidemment, le roi George III choisit l'un des deux pour être le premier Président de la Royal Academy. Ce fut Joshua Reynolds qui gagna le titre, et il définit la peinture d’histoire comme le genre le plus important de la peinture britannique, selon lui le seul genre permettant à un artiste de s’accomplir pleinement.
Cette condition pour entrer à la Royal Academy explique pourquoi autant d'artistes se lanceront dans cet art à cette période, alors que la peinture d'histoire est peu soutenue par les mécènes à l'époque.
Aussi, le Musée du Luxembourg nous présente les plus belles œuvres anglaises de la seconde partie du XVIIIe siècle, mais aussi comment la figuration narrative s'est développée après cet âge d'or avec les travaux d’Henri Fuseli, de John Martin et de P.J. De Loutherbourg, et de J.M.W. Turner, qui se lancèrent dans la représentation de l’imaginaire.

Préparez-vous à un automne so british au Musée du Luxembourg. Cinquante années de peintures anglaises et d’artistes d’exception y seront mis à l’honneur cet automne.
On ne connait pas encore les œuvres qui seront présentées mais on sent que ce sera une belle sélection provenant en partie des collections de la Tate à Londres.

A ne pas manquer !
INFORMATIONS PRATIQUES
Horaires
Du 11 septembre 2019 au 16 février 2020

Lieu
Musée du Luxembourg 
19, rue de Vaugirard
75006 Paris 6

Accès
RER B station "Luxembourg"
ligne 4 station "Saint-Sulpice"
ligne 12 station "Rennes"
Bus : 58 ; 84 ; 89 ; arrêt Musée du Luxembourg / Sénat

TARIFS
Plein : 13 €
Réduit : 9 €
- de 25 ans
Demandeurs d'emploi
Gratuit : 
- de 16 ans


0 article(s)